Lettre ouverte au Président de la région Bretagne – 28/02/19

« Cessez le double langage, cela devient dangereux ! »

Nous avons porté à votre connaissance les travaux d’un colloque intitulé  « Les Assises de la Transition Régionale Alimentaire, Agricole et de la Pêche » (*) qui s’est tenu en avril 2018 à la fac de sciences de Lorient. Nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse de votre part à plusieurs sollicitations pour  envisager ensemble leurs modalités possibles d’application.

Nous vous proposons un véritable contrat de société pour la Bretagne résultant des propositions d’agronomes, sociologues, paysans, médecins, citoyens associatifs, élus bretons et normands et qui se compose d’un plan régional de transition agricole budgétisé avec des fonds spécifiques disponibles, déjà mis en œuvre en Normandie depuis 2015, et de systèmes alimentaires territorialisés, documentés par l’Agrocampus de Rennes, allant vers une indispensable relocalisation avec plus d’autonomie des collectivités territoriales et de prévention des crises.

Les enjeux cruciaux en termes d’atteintes catastrophiques de la biodiversité et du climat imposent une véritable et nécessaire transition sociétale dans laquelle les modes de consommation et de production alimentaires jouent un rôle déterminant. Le Grand plan d’investissement pour l’agriculture de 5 milliards dont l’ambassadeur est le vice-président de région est décliné en plans de compétitivité, de filières à haute valeur ajoutée, mais pas en termes de plan de transition : celui que nous vous proposons comporte des contrats de formation agronomiques véritablement soutenables, de parrainage et de transmission pour favoriser l’installation des jeunes agriculteurs et le maintien de fermes à taille humaine, objectifs stratégiques sachant que 50% des agriculteurs ont plus de 55 ans et 90% d’entre eux n’ont pas de successeurs désignés.

Monsieur le Président de région, vous avez exprimé de belles déclarations dans le cadre de la « Breizh COP » au sujet du « bien manger en Bretagne », alors que – en même temps – beaucoup de fonds publics sont alloués actuellement à ce système productiviste malgré toutes ses impasses, la plus dramatique étant la désespérance d’une grande partie du milieu agricole  se traduisant par 1 suicide tous les deux jours en France – la Bretagne étant la plus exposée à ce fléau -  et par de plus en plus d’agriculteurs gravement malades victimes des pesticides, outre l’exposition des riverains et des consommateurs à ces toxiques.

L’argent est là pour une agriculture et une alimentation saines, à la portée de tous et créatrices d’emploi. Il faut juste l’utiliser autrement !

 Ce double langage devient dangereux alors que souffle un vent mauvais attisé par les inégalités, les frustrations, le constat que le rapport de force est permanant avec une prime à la violence, car celle-ci est bien à l’origine des dix milliards versés par le gouvernement pour calmer la révolte sociale et de ce « grand débat national ».

Nous n’avons pas attendu que cela se dégrade pour débattre et proposer des solutions véritables et nécessaires : vous persister à les ignorer … à moins que vous ne veniez à considérer qu’il est temps, effectivement, de se parler ?!  

(*) Actes consultables sur https ://www.les7epis.fr/medias/pdf/actes.pdf

Lylian LE GOFF, médecin environnementaliste, militant associatif, 06 72 15 22 25

René LOUAIL, paysan, militant associatif, ancien Conseiller régional de Bretagne,

06 72 84 87 92

Mikaël COROLLER, gérant de la BIOCOOP de Lorient, 06 84 94 45 72

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Breizh Cop : lancement des engagements volontaires

Fin 2018, les 38 objectifs de la Breizh Cop ont été validés. Ces objectifs ont pour vocation de servir de socle pour la construction des règles générales, des engagements et des évolutions des politiques publiques et contractuelles.

Collectivités
La Région a lancé le 21 février 2019 l’appel à engagement volontaire aux collectivités territoriales bretonnes. Ces engagements sur les 38 objectifs de la Breizh Cop seront une base pour la construction du nouveau schéma d’aménagement régional (SRADDET), prévu pour octobre 2019. Celui-ci, imposera sur les schémas de développement locaux (SCOT, PLUI, etc …) et sur les politiques contractuelles, des règles ainsi que des mesures d’accompagnement et d’évaluation en matière de développement des transports, de prévention des déchets, de maîtrise de l’énergie, de protection de la biodiversité, d’équilibre et d’égalité des territoires, etc.

Les engagements pris par les collectivités vont déterminer l’exigence du SRADDET et donc influencer l’impulsion que va donner la Région vers la « rupture négociée » selon les propres mots du Conseil régional, nécessaire à la préservation de nos ressources vitales et à notre adaptation face aux enjeux climatiques actuels.

A Cohérence et au sein du collectif pour la transition nous pensons qu’il faut s’emparer de tous les outils à notre disposition pour amener la Bretagne et tous ses acteurs à s’engager dans la transition. Le collectif appelle donc les associations, les syndicats, les entreprises et tous les citoyens soucieux de notre avenir, à interpeller leur collectivité pour :
1) qu’elle réponde à l’appel de la Région
2) qu’elle y réponde de façon ambitieuse
3) que ses engagements répondent aux enjeux prioritaires écologiques et solidaires
Nous sommes prêts à vous aider dans cette démarche.

Entreprises
De même, l’appel à engagement destiné aux entreprises a été mis en ligne par la Région au cours du mois de février.

Associations et citoyens
L’appel à engagement pour les associations sera d’ici peu lancé. La Collectif pour une Transition Écologique et Solidaire de la Bretagne a travaillé avec la Région pour identifier les thématiques et les types d’engagements adaptés aux structures associatives et a développé un outil d’auto-diagnostique des pratiques écologiques et solidaires de l’association.

Semaine de valorisation des engagements
Du 4 au 7 Juin, à Saint Brieuc, la Région souhaite mettre à l’honneur les premiers engagements reçus et marquer cette semaine comme un point d’étape de la Breizh Cop et de la mobilisation de tous les acteurs bretons dans la démarche.

Une occasion pour nous, associations, syndicats et autres groupes organisés de la société civile, de faire valoir notre position, nos valeurs, mais également nos services rendus dans la société. De mettre en lumière les freins et les erreurs commises en matière de coopération entre les collectivités et les associations, mais aussi de montrer les réussites possibles dans ce type de démarche.
Nous souhaitons également remettre sur la table des sujets oubliés tels que la nécessité de l’arrêt immédiat des investissements dans les programmes d’énergie fossile : politique de réorientation des crédits publiques et privés vers les ENR  et le renoncement à la centrale à Gaz de Landivisiau ou encore la réorientation de l’agriculture et agro-alimentaire breton vers un modéle d’agro-écologie rémunérateur des agriculteurs, libre de tout pesticide, moins dépendant du soja OGM importé et plus orienté vers les productions végétales, les produits à haute valeur ajoutée et le marché européen.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

18 Mai 2019 : Marche anti Monsanto

Le 18 mai 2019 sera un grand jour. Il marque la 7ème année de mobilisation consécutive des habitants du monde entier contre Monsanto, Bayer, Syngenta … et toutes les multinationales qui empoisonnent la terre et les eaux de notre planète.

C’est la Marche Mondiale anti Monsanto, la MAM qui, au-delà des marches, des rassemblements et tous événements associés ce jour-là, est une démarche militante autogérée et non partisane, c’est une émanation purement citoyenne en somme. Le principe est que localement les habitants soucieux du devenir de leur planète s’organisent par eux-mêmes, avec toutes les bonnes volontés dans une démarche horizontale de convergence et de non-violence, afin d’assurer la participation du plus grand nombre.

L’objectif de la marche mondiale anti Monsanto est double :

  • Tout d’abord dénoncer en quoi et comment des entreprises multinationales tuent la vie sur notre planète à petit feu et nous avec. L’humanité est partie intégrante d’écosystèmes interconnectés. L’atteinte aux biens communs que sont la terre, l’eau, les sols, la biodiversité est une atteinte à l’humanité. Ces multinationales sont entre-autres Monsanto, désormais devenu Bayer-Monsanto, Dow Chemical, Syngenta, BASF, DuPont, Limagrain. Cette première démarche vise à faire grandir la prise de conscience de l’urgence qui pèse sur nos vies.
  • Ensuite il s’agit de montrer que nous pouvons vivre autrement, sans ces produits chimiques devastateurs . Il existe des alternatives sérieuses qui respectent les équilibres environnementaux et le vivant de la Terre.

Nos vies et celles de nos enfants valent mieux et plus que leurs profits !

Il y a urgence à changer la donne. La France est le 1er consommateur européen de pesticides et le 3ème au niveau mondial.

Nous avons pu voir ces derniers mois le recul des dirigeants du pays face à la pression des lobbys FNSEA and co.

Nous nous devons de faire pression et nous mobiliser activement pour passer à une agriculture relocalisée et écologique. Conformément à toutes les autres marches et initiatives en ce sens :

« Nous demandons une agriculture relocalisée, écologique et productive dans le respect de la terre, capable d’assurer aux producteurs un revenu juste, et aux consommateurs des produits sains et accessibles à tous les budgets. Nous réclamons une agriculture transparente et sans OGM, ni dans les champs, ni dans l’alimentation animale, grâce à un étiquetage adapté sur tous les produits alimentaires, y compris les œufs, les produits laitiers et la viande.

Nous ferons pression sur les décideurs politiques, élus locaux ou ministres, pour demander des mesures immédiates d’interdiction de toutes les molécules chimiques dangereuses et pour favoriser la promotion d’une alimentation saine et bio dans les cantines et dans toute restauration publique (hôpitaux, entreprises…).

Afin d’être plus efficaces, nous ne nous contenterons pas de marcher le 18 mai : nous mènerons aussi des actions d’interpellation directe, qui placeront multinationales, distributeurs, producteurs et élus, devant leurs responsabilités. »

Des marches auront lieu dans le monde entier. Tous et toutes soyons nombreux debout pour la vie de nos enfants et pour la vie de notre mère terre nourricière. Soyons debout pour un monde juste et de paix.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Rejoignez-nous !

Pour nous permettre de donner une véritable impulsion à nos territoires dans l’esprit de la démocratie participative qui motive fortement tout le réseau Cohérence, nous avons besoin de votre engagement mais aussi de votre soutien financier.

En soutenant Cohérence, vous apportez un soutien indispensable à la poursuite de ses actions et vous rejoignez le mouvement de la transition citoyenne vers un développement durable et solidaire.

Nous vous remercions par avance de votre adhésion.

Le Conseil d’Administration de Cohérence

Formulaire d’adhésion 201
Publié dans Actualités, Actualités de Cohérence | Laisser un commentaire

La transition écologique au menu du Grand Débat à Lanester

Beau succès le 06 mars à Lanester avec la participation d’une cinquantaine de citoyennes et citoyens pour contribuer au grand débat national. Cet atelier organisé par Cohérence portait sur le thème de la transition écologique :

Quatre priorités pour une transition écologique ont été adoptées :
1) Réorienter l’argent publique (subventions, investissements, …), et notamment l’argent de l’évasion fiscale, vers la transition écologique afin de développer les emplois locaux (agriculture, habitat, ….) et privilégier les investissements dans les innovations à faible empreinte écologique. Un préalable stopper les investissements publics et privées dans les énergies fossiles.
2) Inciter à la consommation des produits alimentaires respectueux de l’environnement (zéro pesticide, zéro OGM, …) et issus de circuits locaux.
3) Favoriser une éducation, conscientisation, information et formation à la transition écologique
4) Revoir notre modèle de développement et faire de la Bretagne une région 0 déchet

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Consomm’acteur ou Citoyen concerné ?

​​​​​​C’est toujours avec un grand plaisir que Cohérence donne aujourd’hui la parole à Thomas Regazzola avec son regard franco-italien autour de l’agriculture biologique et paysanne et des circuits de distribution. Vous trouverez après ces quelques lignes d’introduction la totalité de son écrit à télécharger.

 

« Aussi éloigné d’improbables aspirations chimériques, que de l’exaltation du pouvoir du consomm’acteur, cet article rappelle comment, dès sa mise en place, le modèle agricole productiviste a suscité de résistances. Des précurseurs éclairés mettaient en garde contre les agressions chimiques et pédologiques, mais prévoyaient aussi (et peut-être surtout) la désintégration des communautés locales, où la figure socio-territoriale du paysan serait remplacée par celle de l’agriculteur professionnel productiviste et où le rôle social du cultivateur autonome serait effacé par incorporation dans des filières réduisant les pratiques agricole à simple annexe de leur activité.

Ouvrant grand, à la Bio, l’accès à la circulation mondiale des marchandises,  l’institutionnalisation des certifications a tué dans l’œuf l’entreprise capillaire d’éducation populaire qui (sous l’impulsion novatrice de N&P) aurait pu faire de la nourriture un trait d’union entre agriculteur et société civile.

Exonéré de tout effort pour comprendre la qualité des produits et les raisons du producteur le citoyen est définitivement renvoyé au rôle d’expert individuel en décodage de logos et choix de marques.

L’article souligne combien il est important, aujourd’hui, que des citoyens concernés exigent des élus locaux la mise en œuvre des outils disponibles pour favoriser les installations adaptées aux circuits courts et freiner l’agrandissement des fermes, tout en s’engagent, à côté des paysans autonomes, dans la prolifération de dispositifs de commercialisation, contrôlés conjointement. Valoriser les énergie collectives disponibles, créer des faits accomplis, en transformant, concrètement, les segments de vie sociale qui sont à portée de main, paraît indispensable, si on veut que la satisfaction pour le développement rapide de la bio profite, de façon permanente, à l’agriculture paysanne, au lieux d’aboutir à un avantage pour la grande distribution. En d’autres mots, le combat en faveur de la Bio doit s’accompagner d’efforts équivalents pour défendre le sort des producteurs, pour réclamer une structure foncière adaptée à une agriculture nourrissant les habitants du lieu et pour mettre en place des dispositifs marchands autonomes, indispensables à l’autonomie des uns et des autres. »

CONSOMM’ACTEUR

Thomas Regazzola

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Nous voulons des coquelicots

Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides* en France. Assez de discours, des actes.

Nous voulons des coquelicots

*de synthèse

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Edito : La transition sans rupture a-t-elle un sens ?

C’était une manière provocante de poser le débat de notre dernière assemblée générale qui a rassemblé près de 150 personnes à Saint-Malo le 13 avril dernier. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons tiré dans le mille !

Ce jour-là, malheureusement pour des raisons d’agenda et de grèves des trains, deux intervenants prévus n’ont pu se rendre dans la cité corsaire. Jean-Claude Pierre, notre porte-parole, nous a manqué pour sa hauteur de vue, sa fine connaissance des enjeux et modalités de la transition et son habitude des débats. L’experte climat de la FNH n’a pas pu nous expliciter l’état actuel des recherches sur les conséquences et les solutions à mettre en œuvre pour lutter contre le changement climatique ainsi que les négociations en cours.

L’atmosphère de cette réunion fut, tout comme le climat, assez chaude.

Au côté de Julien Moreau, l’éco-aventurier, l’association de transition malouine 6 J’Ose et une représentante du conseil de développement du pays malouin, le vice-président du Conseil régional à l’environnement a été particulièrement dans le viseur des participants. Beaucoup de ces derniers ont mis en débat la volonté et la capacité des politiques des différents échelons territoriaux à répondre aux nécessaires transitions. Ceci traduit selon moi l’incompréhension de plus en plus vive du citoyen face à la force d’inertie politique. Vous le savez, c’est toujours difficile de mobiliser des personnes pour participer à un débat. Je pense que la fréquentation et l’intensité de cette rencontre montre l’attente forte des citoyens et leur désillusion. Un argument de plus pour que les politiques s’activent !

Pour Cohérence qui avait choisi de faire labéliser l’évènement Breizh Cop, nous avons rempli la mission que nous nous étions aussi donnée : recueillir de précieux avis citoyens sur les objectifs à cibler par la Breizh Cop et expliciter et diffuser l’agenda 21 du citoyen .

Pour tous ceux qui n’ont pas pu se joindre à nous le 13 avril dernier voici comment nous avions introduit le débat.

————

Si le terme de transition évoque jusqu’à présent une sorte de trajectoire douce, nous pensons qu’il nous faut au contraire engager de vraies ruptures car le temps est compté. De toutes parts tombent les mauvaises nouvelles qui traduisent une accélération vertigineuse des dégâts causés à notre planète. Qui peut dire comment l’humanité où qu’elle soit peut résister à un tel emballement ?

Rappelons les plus récents. 15 000 scientifiques de 184 pays ont signé un appel contre la dégradation sans précédent de l’environnement. Il est urgent d’agir face aux risques colossaux et avérés qui menacent l’humanité. Cet appel se base sur l’analyse de 9 indicateurs mondiaux dont l’évolution est suivie depuis 1960 jusqu’à 2016. Citons l’eau, les ressources de la mer, la déforestation, la perte de 58% des espèces vertébrées, la hausse des émissions de CO2, l’augmentation de la population mondiale.

Les dernières études évaluent le déclin des colonies d’abeilles à 30% chaque année. Le journal Le Monde titrait le mois dernier sur le déclin catastrophique du tiers des oiseaux des campagnes en 15 ans. Fin 2017, une étude poussée allemande alertait sur la disparition de 75 à 80 % des insectes volants depuis le début des années 90 indiquant qu’il faut changer les pratiques agricoles sur des surfaces considérables.

Sur le changement climatique, d’après l’ONU, « il est encore possible d’éviter la surchauffe généralisée. Une rupture dans les technologies et les investissements peut réduire les émissions tout en créant d’immenses opportunités sociales, économiques et environnementales ».  Seule une réelle rupture permettrait d’enrayer le déclin de nos ressources vitales et pourrait jeter les bases d’une régénération de celles-ci.

A son niveau, la Breizh Cop se doit de faire sa part et avec elle l’ensemble des citoyens, des entreprises, des collectivités, des organismes en fonction de leur responsabilité pour contribuer à sauvegarder nos biens communs, les ressources naturelles et les écosystèmes.

Chacun a son niveau de responsabilité et selon ses possibilités peut agir.

Aux élus politiques, nous disons : ayez de la volonté !

Aux Institutions : mettez-en œuvre des plans d’action ambitieux !

Aux Entreprises : produisez de manière durable, orientez la demande vers des produits qui respectent les écosystèmes. L’heure est à l’économie circulaire et à l’arrêt des pollutions de de l’eau, l’air et la terre.

Aux Associations : alertez, proposez et organisez les solutions ! Il en existe déjà de très nombreuses sur les territoires, elles sont à essaimer.

A nous tous : changeons nos habitudes, mettons-en œuvre la transition dans notre vie quotidienne !

Carole Le Bechec

Co-présidente du Réseau Cohérence

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Mobilisons nous ! Une Bretagne imaginée en 2040 et 10 objectifs de Transition

L’Edito nous engage clairement dans la Transition en nous appelant collectivement à une véritable révolution, une vraie rupture dans nos pratiques. Elle pointe aussi clairement la responsabilité des politiques. Or sur ce point, le compte n’y est pas. Si nous avons salué l’initiative du Conseil Régional pour décliner sur le territoire breton la COP 21  nous nous sommes clairement engagés aux côtés des associations sollicités par cette démarche en participant au collectif pour une transition écologique et solidaire.

Il nous est apparu au fil de cette collaboration et en raison même de la relative influence que nous pouvons avoir sur les mécanismes politiques qu’il est important de faire connaître dans un document synthétique largement diffusé notre vision de la Bretagne et tout à la fois notre volonté de participer coûte que coûte à cette grande aventure en précisant les conditions du succès. D’où  un document de 2 pages :  la Bretagne dont nous rêvons et 10 objectifs de transition écologique et solidaire

Mobilisons-nous version VF

L’enjeu est si important , la survie de l’espèce humaine qu’il ne peut être question de se retirer sur l’Aventin ou de se laisser bercer par les dernières mesures de l’orchestre du Titanic  mais de convaincre encore et toujours.  

Soucieux de faire naître un nouveau monde nous sommes conscients que l’ancien est toujours à l’œuvre. Les appels au changement restent tributaires des mécanismes anciens. Pour parler clair les propositions qui vont dans le bon sens faites par les services de la région se heurtent au cadre budgétaire et aux mécanismes de l’économie exclusivement marchande ou aux interventions extérieures (Européennes en particulier). Il nous appartient notamment de faire valoir l’intérêt d’une approche transversale et de mettre en évidence les ressources disponibles qui résultent d’une nouvelle approche tournée vers les Communs et l’intérêt général.  

Cette démarche nous ramène à une approche plus globale. Si nous sommes persuadés que la transition sera citoyenne ou ne sera pas il nous faut convenir que la transition en Bretagne n’a de sens que si elle est reliée au pays et plus généralement à l’ensemble européen…
Il est inconséquent de ne pas prévoir la mise à disposition des acteurs de la Transition de ressources dédiées à la mise en œuvre des premières actions et de les faire dépendre d’hypothétiques engagements subordonnés à la mécanique européenne connue  aujourd’hui à bout de souffle.

C’est pourquoi en complément du soutien au Pacte Finance Climat, nous vous invitons à rejoindre le collectif et diffuser nos propositions et la petition.

Mobilisons-nous version VF

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Pour la Breizh Cop : 3 outils Cohérence de la transition citoyenne

Aujourd’hui au démarrage de la Breizh Cop initiée par la Région Bretagne, nous entendons mettre à la disposition des bretons et des bretonnes des outils et des initiatives de transition, afin d’encourager leur déploiement sur les territoires et permettre à chacun de contribuer au cahier des engagements souhaité par la Région.

Le Réseau Cohérence a conçu le Baromètre du développement durable, Notre Agenda des Transitions et la Caravane des transitions. Le baromètre des communes et des EPCI est un outil de dialogue entre élus, associations locales et citoyens, Notre Agenda des Transition (ex Agenda 21 du citoyen) propose la mise en place d’un programme d’actions à l’échelle du foyer dans une démarche collective, enfin la caravane des transitions propose des soirées itinérantes où chacun vient échanger sur différents thèmes relatifs à la transition et initier des projets collectifs.

Ces outils de développement durable et solidaire s’ils sont chacun destinés à un public spécifique, mis en synergie, touchent un grand nombre d’acteurs socio-économiques. Ainsi, l’agenda 21 incite les changements de pratiques à l’échelle de l’individu alors que le baromètre incite une action collective à l’échelle communale ou inter-communale. Ces outils locaux, essaimés par la « Caravane des transitions » viennent rapprocher ces initiatives locales et mutualiser les bonnes pratiques en réseaux. Pris ensemble, ils permettent d’élargir le cercle des personnes engagées dans les transitions que ce soient des élus, des associations, ou des citoyens de tous horizons via le dialogue, les échanges, la mutualisation et la mise en place d’actions concrètes. 

Nous vous invitons à les découvrir et à nous contacter si vous souhaitez les mettre en œuvre sur votre territoire.

 

Publié dans Actualités, Pôle Agenda 21, Baromètre, Démocratie Participative | Laisser un commentaire