Qui sommes-nous ?

L’association Réseau Cohérence regroupe principalement en Bretagne mais aussi au-delà, plus d’une centaine d’adhérents (associations, syndicats, entreprises, agriculteurs, particuliers). Depuis 1997, Cohérence, c’est à dire le cœur de ce réseau, développe des outils adaptés à la transversalité des problématiques (écologiques, économiques, sociales et solidaires). Ces outils s’appuient sur la démocratie participative et la coopération entre les acteurs de la société civile et les élus des territoires.

L’association Réseau Cohérence a signé la déclaration commune du Collectif pour une transition citoyenne et s’inscrit totalement dans ce mouvement vers un développement solidaire et durable.

transition-citoyenne-header-650x150

Le Réseau Cohérence montre une dynamique positive et mobilise les citoyens autour de nouveaux projets de territoires sur des valeurs de développement fait d’humanisme, d’écologie et d’une économie au service d’un mieux-vivre ensemble.

Cet engagement a été récompensé par deux trophées bretons du développement durable, pour l’ Agenda 21 des familles et du citoyen (2011) et pour l’action en faveur de l’élevage de porc sur paille (en 2014).

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

COP 21 : un jalon dans l’histoire !

COP21

Comme l’on pouvait s’y attendre, la COP 21 s’est achevée sur un bilan qui suscite des réactions contrastées.

Si une majorité s’accorde pour reconnaître que ce fût une réussite diplomatique, les avis divergent quand il s’agit de savoir si le consensus sur lequel elle s’est conclue va contribuer à impulser des politiques à la hauteur des enjeux ou, au contraire, si l’égoïsme des nations et les stratégies des puissants lobbies énergétiques vont encore l’emporter sur les intérêts supérieurs de l’humanité.

Une chose, par contre, est certaine : cette conférence a suscité une attention sans aucune commune mesure avec toutes celles qui l’ont précédée et nous avons de bonnes raisons de penser qu’elle restera dans l’histoire comme un jalon dans le lent processus d’éveil d’une conscience écologique planétaire.

Jamais, depuis le premier sommet de ce genre organisé par l’O.N.U à Stockholm en 1972, les préoccupations des opinions publiques, ne se seront autant exprimées. Ce fut vrai sur tous les continents et c’est évidemment là une bonne nouvelle, car, comment imaginer que l’on puisse sauvegarder la « maison commune », sans l’accord et l’étroite coopération de tous ceux qui l’habitent ?

Cette évolution, on la doit bien sûr à la communauté scientifique internationale, aux hommes politiques les plus lucides, aux médias encore libres mais on la doit aussi à la mobilisation de multiples associations et réseaux communautaires. Des plus modestes structures locales aux grandes O.N.G ayant « pignon sur rue », elles se sont fortement impliquées pour contrebattre l’indifférence, la résignation et les dénis qui perdurent mais aussi – car on ne gagnera pas en exacerbant les peurs – pour donner, preuves à l’appui, de l’espoir en la transition qui se cherche…

Sans elles, le précepte « penser global, agir local » 1 que l’on doit à Jacques Ellul, n’a aucune chance d’être mis en œuvre alors qu’il révèle un peu plus chaque jour sa pertinence.

Ce sont là des considérations qu’il nous faut avoir bien présentes à l’esprit si nous tenons à contrer l’idée selon laquelle, comme d’aucuns cherchent à le faire croire, les démocraties vont vraiment s’avérer trop faibles pour faire face aux défis du futur !

À chacun d’imaginer de quelle régression nous serions les témoins – et surtout les victimes – si une telle hypothèse venait à se confirmer…

C’est donc à tous les hommes et à toutes les femmes conscients de leurs devoirs d’apporter leur contribution au renforcement des associations sensibles à ces questions de telle sorte qu’elles puissent poursuivre et amplifier leurs missions. Des missions qui relèvent de formes d’éducation populaire adaptées aux problématiques du XXIe siècle du fait, en particulier, des difficultés que pose la bonne maîtrise de toutes les avancées de la techno-science…

Tel le « levain dans la pâte », elles pourront alors, encore et encore, faire progresser cette conscience écologique planétaire dont nous percevons un peu plus chaque jour la nécessité. Elle s’avère, en effet, indispensable pour fonder une civilisation plus fraternelle et qui saura même étendre son sens de la solidarité… à l’ensemble du vivant.

Jean-Claude Pierre

Responsable associatif

1 formule reprise par René Dubos lors du premier sommet sur l’environnement en 1972.

 

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Hommage à Jean-Marie PELT

« Jean-Marie PELT, mon ami Jean-Marie n’est plus ! Il nous a quittés juste avant Noël après plusieurs mois d’épreuves.

Notre première rencontre remonte à 1972 et, depuis, notre amitié n’avait cessé de croître. Nous nous téléphonions très souvent et je me faisais toujours une joie de l’appeler. Ses avis de scientifique m’étaient précieux mais, plus précieux encore, ses avis sur les questions d’ordre éthique et spirituel que nous ne pouvons pas ne pas nous poser…

Doux et pacifique, ouvert et tolérant, attentif au message de François d’Assise, il se montrait soucieux de réconcilier science et foi dans une démarche aux antipodes des théories créationnistes vis-à-vis desquelles il se montrait sévère.

La nature n’était pas pour lui le monde de la jungle comme certaines approches qualifiées de darwinistes veulent nous le faire croire. Il aimait la contempler et il la voyait surtout comme un lieu de mutuellisation, de symbiose, de synergie, de coopération… comme devrait l’être la société des hommes.

Lui qui a écrit La Terre en héritage 1 nous lègue quelques soixante ouvrages dans lesquels nous pourrons, longtemps encore, nous inspirer pour mener le bon combat : celui qui s’avère si nécessaire pour bâtir une société plus fraternelle, plus respectueuse de la vie sous toutes ses formes et donc libérée du consumérisme et du scientisme, ces dérives que toute sa vie, il dénonça avec force. »

Jean-Claude PIERRE

1 La Terre en héritage. Jean-Marie PELT. Fayard, 2001.

4837123_6_32ca_jean-marie-pelt-pharmacien-botaniste-et_190d69832054abca266b5a4f413c08ac

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

La nouvelle école de Ste-Hélène, conçue en « économie circulaire »

blason-sainteh-l-ne-20d8eb1fLa première école en France conçue en « économie circulaire » sera construite à Ste Hélène, petite commune de la rivière d’Etel rattachée à la Communauté de Communes Blavet Bellevue Océan (CCBBO) sur le territoire du  «  pays de Lorient ».

Un premier atelier d’intelligence collective était organisé samedi 16 Janvier avec le concours d’un bureau spécialisé en économie circulaire choisi pour suivre le projet. C’est la sélection par le conseil régional de Bretagne qui  a distingué ce projet et lui a attribué une subvention de 550. 000 euros soit 20 % de l’estimation prévisionnelle. Le budget n’est donc pas encore bouclé. La commune souhaitant limiter son endettement à 700. 000 euros ; il reste encore près de 50 % du financement à trouver si la fourchette haute de l’estimation est atteinte. Des demandes de participation sont en cours tant auprès d’organismes publics (le Conseil départemental, l’Etat, l’ADEME) que privé (Fondations diverses et sur un financement participatif aussi bien des entreprises que des particuliers avec à la clé une réduction fiscale. Renseignements auprès de la mairie 02 97 36 64 36)

 Pierre  Le Fur, le maire et Hélène Danel, l’élue chargée du projet, accueillaient près de 80 participants dont Jacques Le Ludec, conseiller départemental et président de la CCBBO qui assurera la maîtrise d’ouvrage de l’opération.

 M. Le Ludec, invité à s’exprimer, a rappelé que c’est avec un grand enthousiasme qu’il a accueilli ce projet qui s’inscrit dans la continuité de l’action engagée au niveau de la CCBBO qui est lauréate de l’appel à projet Zéro déchet, zéro gaspillage du ministère du Développement durable. La CCBBO a été également distinguée pour l’action exemplaire des citoyens impliqués dans la démarche de réduction des déchets grâce à la mise en place de la redevance incitative.

Après un exposé théorique très bien illustré  du concept « cradle to cradle » par les représentants du bureau d’études, les participants parmi lesquels des enseignants, des parents d’élèves et des représentants d’associations environnementales de la Commune (mais pas que) ont été invités à plancher ensemble, puis par petits groupes pour « embrasser » toute les conditions que devaient remplir le projet pour respecter les conditions d’impact positif pour l’environnement et  le bien être des utilisateurs. Cet exercice participatif devant aboutir à une priorisation des objectifs poursuivis par chacun sans toutefois les dénaturer.

Les organisateurs nous ont donné rendez-vous prochainement pour la poursuite du travail en atelier après l’envoi de la synthèse des travaux  réalisés au cours de cette matinée studieuse  agrémentée par une dégustation à la pause de spécialités préparées par plusieurs participants.

Bulletin de soutien à télécharger sur le site de la CCBBO ou par mail : ecole2c.sainte-helene@orange.fr

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Cap Santé, la petite plante qui grimpe !

Capsante-logo-800 (2) Créée en 1985 avec 4 adhérents, Cap Santé en compte presque 300 aujourd’hui !

300 adhérents qui ont le même objectif : apprendre à reconnaître et utiliser les plantes, s’alimenter sainement, et prendre en main sa santé de façon autonome. Tout cela à travers la transmission des savoirs populaires, mais aussi à la lumière des dernières découvertes scientifiques.

Toutes l’année, l’équipe d’une vingtaine de formateurs organise des journées de formation tout public, des ateliers, des sorties botaniques…


Panier de plantes et fleursAu programme en 2016
 : cuisiner sans gluten ou végétarien, prendre soin de son foie, créer son jardin de plantes médicinales, multiplier ses plantes, prévenir l’inflammation, les maux de ventre ou les maladies cardio-vasculaires, mais aussi s’initier à la permaculture, ou à la bio-indication ! Nous proposons aussi des semaines de formation (aromathérapie ou herboristerie pratique), et un cycle d’une journée de formation par mois.

Mais Cap Santé c’est aussi l’Ecole Bretonne d’Herboristerie (formation de 2 ans à distance), et la mise en place de formations à la carte, dans votre structure, pour répondre à vos besoins.

Pour plus d’information : www.capsante.net

Cap Santé – Ty Boul’Ouarn 29410 Plounéour-Menez – 02 98 78 96 91

 

 

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

La Transition c’est AUSSI l’accueil des réfugiés…

Si l’organisation au Bourget de la  Cop 21 n’a pas suffi à alerter l’opinion sur les conséquences du changement climatique – en particulier les mouvements migratoires – la situation au Proche et au Moyen-Orient s’ajoute aux causes récurrentes pour provoquer un afflux sans précédent de réfugiés qui déferlent sur L’Europe sans toutefois provoquer la réaction salutaire qu’on est en droit d’attendre d’une Europe de valeurs. Elle pourrait pourtant trouver là l’occasion de se transcender et de sortir de l’ornière dans laquelle l’enlisent l’égoïsme et la cécite de la plupart de ses élites.

En France en particulier où la situation n’est en rien comparable à celle que connaissent nos voisins, le gouvernement tente désespérément de nier la situation à Calais. La tentative de réponse européenne née sous l’impulsion provoquée par la position courageuse de la chancelière allemande a pourtant révélée que l’opinion publique était plus réceptive que ses élites et les pseudos réponses apportées par les pouvoirs publics ( accueil de réfugiés sur tout le territoire) ne vont elles pas déclencher un sursaut citoyen  devant tant de maladresses ? Des réactions ici ou là en témoignent… En voici une :

 - À  lorient  La présentation successive à quelques jours d’intervalle de 2 documentaires sur le sujet et l’affluence qu’ils ont provoqué témoignent en tout cas d’une prise de conscience citoyenne dont ne peut que se réjouir. 
La presse locale s’en est fait l’ écho en présentant  une nouvelle association UTOPIA 56 qui a animé le débat qui a suivi la projection du documentaire No London Today réalisé par Delphine Deloget.

Un film qui date de 2007 alors que la situation à Calais n’avait pas la dimension proprement scandaleuse qu’elle revêt aujourd’hui: plus de 6.000 personnes parquées à Calais et environ 2.000 à Sinthe à quelque kilomètres.

Utopia 56 est née de la prise de conscience de quelques personnes du monde du spectacle, artistes et logisticiens qui lors d’un passage dans la région ont fait le constat de l’impéritie des pouvoirs publics, de l’inadéquation des réponses des organisations caritatives traditionnelles en matière d’accueil  d’hébergement :

- toilettes et sanitaires totalement inadaptés aux flux alors qu’on sait répondre à l’accueil de plusieurs milliers de personnes dans le cadre de festivals.

- L’organisation de camps proposés par l’ONU (HCR) refusés par le gouvernement Français pour une question de « standing » (la France est un pays développé!). Ils pourraient pourtant, en tout cas c’est la proposition d’UTOPIA,  être mis en place avec le concours de techniciens volontaires qu’ils encadreront.

Autre constat, les bénévoles s’épuisent : anglais, belges, hollandais mais peu de français…

Les objectifs de Cohérence, la promotion d’un monde soutenable, la transition, l’économie circulaire… La mobilisation pour un changement de pratiques de mode de vie : c’est AUSSI la solidarité active pour une réponse digne à la détresse de nos frères, pas seulement demain quand le monde aura changé !

Marc Pouvreau

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Les habitats groupés

Il est encore temps d’embarquer dans un projet d’habitat groupé à Riec sur Belon !


image L’association Stang kerim créée en 2014 par un petit collectif de 7 foyers qui se réunissent régulièrement pour bâtir un projet de vie et  qui a déjà son terrain à Riec sur Belon à l’entrée du Bourg, vous propose de les rejoindre. Ce beau projet prendra corps dans un bâtiment construit avec des matériaux écologiques  pouvant accueillir 9 foyers disposés à partager une vie commune dans le respect de l’intimité de chacun. Le souci affiché de solidarité et de mixité conduit à privilégier les couples avec enfants compte tenu de la composition des premiers  partenaires.

Le groupe constitué a déjà élaboré à partir des valeurs communes un projet encore flexible qui doit se concrétiser par  l’adoption d’une structure juridique, le choix d’un architecte à qui sera confié la réalisation du projet.

LE SITE

Pour toutes informations supplémentaires contacter :

image-2 – par mail Stang.kerim@laposte.netou

- par téléphone 06 64 93 37 45

 

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Le rapport Agriculture Innovation 2025

 « 30 projets pour une agriculture compétitive et respectueuse de l’environnement » dans le rapport #AgricultureInnovation2025  : une certaine idée du progrès…

« Les ministères de l’agriculture et de la recherche ont reçu mi-octobre le rapport sur l’innovation en agriculture pour 2025 qu’ils avaient commandité aux présidents de l’INRA et de l’IRSTEA, au directeur général de l’ACTA (instituts techniques agricoles) et au président du Conseil d’Administration d’AgroParisTech. Ce rapport présente un plan d’innovation décliné en 30 projets ciblés sur l’agro-écologie, le biocontrôle, les biotechnologies végétales, les agroéquipements et le développement de l’agriculture numérique, ainsi que la bioéconomie. 


Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbHNotre syndicat se saisit de la parution du rapport et présente les principales critiques qu’il lui adresse :

Vision compartimentée de l’innovation agricole – contraire à l’approche système prônée dans le rapport – conduisant à des incohérences dans les propositions avancées, et fuite en avant dans la stratégie « tout-technologie » ;

Vision réductrice de la productivité uniquement comme l’augmentation des volumes et des chiffres d’affaires, et parti-pris en faveur de la défense de la compétition économique, qui ne se confond pourtant pas avec l’intérêt général.

En s’appuyant sur des estimations pour certaines contestables (ampleur des gains attendus des biotechnologies ou de la sélection génomique ou emplois créés dans le biocontrôle par exemple), le rapport dresse la vision d’une innovation en agriculture dont la photo de drone en couverture annonce la couleur. Par sa puissance technique et par la science mobilisée (et orientée) pour son utilisation, c’est à un certain type d’agriculture que le drone contribue : celle qui privilégie l’apport technologique agroindustriel à la régulation biologique autonome, celle qui a accès financièrement à une telle technologiecelle qui robotise au détriment de l’emploi agricole, dans un contexte où le nombre d’exploitations agricoles ne cesse de diminuer et où l’agriculture a perdu plus de 350 000 actifs en l’espace de dix ans.

Dans la conférence de presse consacrée à la présentation du rapport Agriculture Innovation 2025 le 22 octobre 2015, le Ministre de l’Agriculture l’a présenté comme la « dernière pierre du projet sur l’agroécologie » de la France. Avec ce rapport, les rédacteurs ont pourtant, peut-on craindre, tué le concept d’agroécologie, tant leurs propositions sont éloignées de la définition originelle de l’agroécologie, basée sur l’utilisation de concepts et principes écologiques pour la conception et la gestion d’agroécosystèmes durables tirant pleinement parti des processus naturels, à l’opposé de l’agriculture industrielle.

On cherchera vainement des voies mobilisatrices pour des jours meilleurs dans ce rapport. Nous, syndicalistes SUD de la recherche, déplorons cette nouvelle occasion gâchée par les dirigeants de la recherche agronomique de susciter face aux urgences, notamment climatique, une dynamique partagée ouverte sur la diversité des champs du possible. »

Le syndicat SUD recherche EPSTPartie 2.2

 

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Jeudi 18 février à la ferme de la Lande à Médréac (10h – 16h) : L’action en faveur d’une production porcine durable du Réseau Cohérence

logo-coherence_cadre-150Bonjour à tous,

L’association Cohérence conduit depuis plus de 15 ans un travail d’accompagnement d’éleveurs vers une production porcine plus respectueuse de l’environnement, du bien être animal et de la santé humaine en s’appuyant notamment sur un cahier des charges « Porcs Durables » et un système de certifications conçues « participatives et citoyennes » mettant en responsabilité les acteurs de la société civile. Aujourd’hui, une dizaine élevages sont certifiés « Porcs Durables » c’est-à-dire qu’ils respectent les critères du cahier des charges « Porcs Durables » élaboré par l’association en 2004.

Depuis l’origine du projet, nous avons accompagné des éleveurs qui ont fait le choix de la vente directe pour une meilleure valorisation de leur production, puis en 2012, le projet de structuration de filière « Le Porc Authentique élevé sur paille » sur le territoire expérimental du pays de Saint-Brieuc est né. Aujourd’hui deux éleveurs approvisionnent 17 boucheries charcuteries sur le territoire les Pays de Saint-Brieuc et de Guingamp et nous souhaitons entamer un nouveau développement sur le Pays de Lannion Trégor.

Suite au projet lancé par la Région Bretagne et l’Etat dans le cadre du plan de lutte contre les marées vertes et avec le soutien de l’Agence de l’eau, nous avons depuis 2012 également engagé une promotion des systèmes d’élevages sur litières dans le cadre des politiques de reconquête de la qualité de l’eau sur les bassins versants.

Malgré un certain nombre de succès (reconnaissance du système d’élevage sur litière par le Corpen et le CGDD, accompagnement de filières alimentaires de territoire dont celle du Porc authentique avec ses bouchers, trophée du développement durable, reconnaissance en GIEE, etc….), notre action reste encore confidentielle sur le terrain. L’évolution des attentes de la société et de la technique nous invitent à nous interroger sur nos fondamentaux et relever un certain nombre de défis, dont l’émergence d’une structure rassemblant la dizaine d’éleveurs qui coopèrent avec nous et ceux qui viendront ensuite. C’est pourquoi le Réseau Cohérence organise un séminaire pour prendre le temps du débat et préparer les bonnes décisions.
 
Vous êtes producteurs, consommateurs, défenseurs de l’environnement, animateurs- techniciens, chargé de mission ou chercheurs. Vous coopérez, avez coopéré ou souhaitez coopérer prochainement avec Cohérence sur ce sujet de la production porcine durable ? Venez participer à ce séminaire qui se déroulera le jeudi 18 février à la ferme de la Lande à Médréac (10h00-16h00).
 

Programme séminaire
 
 Merci de vous inscrire par retour de mail contact@reseau-coherence.org de votre intérêt pour cette journée

banniere_4721

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Un JARDIN pour deux… et Plus !

Ce concept a été mis en place par l’association Pourquoi Pas
« ateliers d’iniatives citoyennes  » en 2012.

           Pourquoi Pas est une association du Pays d’Auray qui existe depuis 12 ans. Lieu de réflexion, de dialogue et d’action, elle permet d’agir ensemble, concrètement, dans de petits groupes de travail sur des sujets répondant à un besoin réel de la population ;  avec en fil conducteur : le lien social, le développement durable et solidaire. Pourquoi pas travaille actuellement sur le thème « habiter autrement » ( habitat partagé, intergénérationnel) et la création d’une monnaie locale et complémentaire au Pays d’Auray. Elle est membre du Réseau Cohérence et des collectifs Alternatiba et Courage.
AQTA (une autre vision du traitement du déchet). Elle organise 2 fois par an une zone de gratuité. Les membres de l’association se réunissent le premier jeudi de chaque mois pour préparer et faire le bilan des actions.


           L’objectif « d’1 JARDIN pour 2 «  est de mettre en relation des propriétaires de jardin qui ne jardinent plus et des personnes qui souhaitent jardiner et qui n’ont pas de jardin. Ceci sans échange d’argent entre les partenaires. Une convention établie entre le propriétaire et le jardinier permet de clarifier dès le départ les relations et les souhaits de chacun (horaires éventuels, accès au jardin, eau d’arrosage , abri pour les outils, prélevement de quelques légumes par le propriétaire…). L’atelier « 1 jardin pour 2″ recense les propriétaires intéressés (souvent des personnes âgées) et les candidats jardiniers, visite au préalable les jardins proposés et fait se rencontrer les uns avec les autres. Chaque année une réunion publique annoncée par voie de presse (affichage dans les lieux publics, flyers) permet d’informer les personnes intéressées. Des communes et des associations de jardiniers (Lanester, Hennebont, Vannes) ont également contacté Pourquoi Pas pour s’inspirer du concept développé par « 1 jardin pour 2″.


           A la différence des jardins familiaux mis en place par les communes sur des terrains appartenant à la collectivité « 1 jardin pour 2″ mobilise des propriétaires privés et valorise ainsi des terrains qui ne coûtent rien au contribuable. Les deux actions sont complémentaires et permettent d’élargir le champ des possibilités à une période où le foncier disponible se raréfie.

jardinEn 2015 une quinzaine de propriétaires d’Auray et des
communes limitrophes ont mis leur terrain à disposition d’une vingtaine de jardiniers. Des partenariats ont ainsi été constitués sur Auray, Brec’h, Belz, Crac’h, Pluneret, Locmariaquer. Ainsi, à Pluneret, Mme Garin accueille bénévolement depuis 3 ans sur un terrain de 1000 m2 jusqu’àlors en friche, 8 jardiniers passionnés par la production de leurs fruits et légumes. Ceci dans un climat convivial et générateur de lien social (voir revue Pleine Vie de septembre 2015 et Eco Breton du 18 mai 2015). On rejoint là les objectifs de l’Agenda 21 pour un développement durable et solidaire.

           Afin de faire le bilan de la saison 4 ( échanges d’expériences) et de préparer la saison 5 (2016) Pourquoi Pas organisera une réunion publique fin février 2016.

           Contacts:
           site: pourquoipas56.free.fr
           courriel:  pourquoipas56@free.fr

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

27 février 2016 à Rennes – formation Enercoop

Enercoop Bretagne propose une formation sur la transition énergétique :

Enercoop B

La transition énergétique : comment s’y retrouver ? Quel rapport avec le changement climatique, la protection de l’environnement et les emplois précaires dans les pays en développement ? Ce sont les questions que souhaite traiter cette formation en faisant le lien entre les systèmes de production d’énergies renouvelables, la gestion des réseaux d’énergie et les systèmes de stockage d’énergie. Aussi, elle pose la question de de l’implication individuelle de chacun comme simple citoyen(ne) : la possibilité de vendre sa production électrique à son voisin (www.buzzn.net), de stocker l’énergie sur place et de la produire gratuitement partout dans le monde fait réfléchir à un nouveau système de participation ! Les exemples ne manquent pas et montrent que les questions sur l’approvisionnement énergétique ne sont plus réservées aux élites.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire