Qui sommes-nous ?

A partir du 1er juillet un seul numéro pour joindre Cohérence 06 73 21 06 66

L’association Réseau Cohérence regroupe principalement en Bretagne plus d’une centaine d’adhérents (associations, syndicats, entreprises, agriculteurs, particuliers). Depuis 1997, Cohérence, c’est à dire le cœur de ce réseau, développe des outils adaptés à la transversalité des problématiques (écologiques, économiques, sociales et solidaires). Ces outils s’appuient sur la démocratie participative et la coopération entre les acteurs de la société civile et les élus des territoires.

L’association Réseau Cohérence a signé la déclaration commune du Collectif pour une transition citoyenne et s’inscrit totalement dans ce mouvement vers un développement solidaire et durable.

transition-citoyenne-header-650x150Le Réseau Cohérence porte une dynamique positive et mobilise les citoyens autour de nouveaux projets de territoires sur des valeurs de développement fait d’humanisme, d’écologie et d’une économie au service d’un mieux-vivre ensemble.

Cet engagement a été récompensé par deux trophées bretons du développement durable, pour l’ Agenda 21 des familles et du citoyen (2011) et pour l’action en faveur de l’élevage de porc sur paille (en 2014).

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Cohérence vous adresse ses meilleurs vœux pour 2020.

2020, l’aube d’un autre destin ?

Chers amis, chers membres, chers partenaires,

Au nom de l’ensemble du conseil d’administration ainsi que de Julian, Johanne et Bastien, je souhaite vous transmettre nos plus sincères vœux de bonheur et de santé pour vous et vos proches.

Cette magnifique photo a été prise par Johanne qui nous a rejoint sur l’activité porc sur paille. Elle a capté la lune se cachant dans le petit matin bleu, le long du chemin de halage, des branches frêles et gracieuses dansent avec des troncs massifs et imposants. Notre monde est à cette image, un mélange de forces et de fragilités, de certitudes et de doutes, d’ombre et de lumière.

En ce début d’année, pouvons-nous nous permettre d’être optimistes ? Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle ère, celle pour laquelle nous nous battons tous depuis de longues années ? Oui, petit à petit les mentalités changent. Nous le ressentons autour de nous dans nos conversations, dans les discussions des campagnes municipales, dans les réactions face aux incendies, aux inondations, à la pollution.

Mais régulièrement et avec acharnement il nous faut nous battre encore contre les conservatismes, les intérêts corporatistes et financiers de quelques-uns au mépris des biens communs. Chaque jour, nous, associations de transition écologiques et citoyennes, nous mobilisons nos forces pour agir au mieux, porter les transformations nécessaires, dépasser les beaux discours politiques et enraciner les transitions en Bretagne.

Gardons la souplesse et la force, ne lâchons rien, restons solidaires, nous réussirons.

Carole Le Bechec

Présidente de Cohérence

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Se former avec Al’ Terre BREIZH – le catalogue des formations 2020

L’association Al’Terre Breizh accompagne et facilite les transitions vers des modes de vie plus durables en articulant deux axes :

  • Agir pour comprendre – du local au global.
    • chantiers d’écovolontariat : apportez votre aide à la réalisation d’une action collective en faveur de la biodiversité (protéger les espèces locales, stabiliser une dune, restaurer des sentiers, créer des mares, entretenir une forêt..)
    • de stages pratiques : apprenez à faire de manière plus autonome, économe et écologique (alimentation & jardinage, énergie, récup & recyclage
  • Comprendre pour agir – de la théorie à la pratique
    • séminaires-action et conférences-ateliers : explicitez les enjeux de durabilité et les pistes pour améliorer les situations sur l’alimentation responsable, le défi énergétique, la relation à la nature…

Elle sensibilise le grand public et les professionnels en donnant aux changements personnels et globaux à la fois du sens et de l’opérationnalité au quotidien.

Pour les mois de février, mars et avril l’association propose plusieurs formations:

Soins et taille doux en conscience des arbres et arbustes

Suivez le parcours et expérimentez les outils d’un élagueur – grimpeur pas comme les autres ! L’approche d’Erwan Cavarec permet le soin et la taille des arbres en conscience et respect.

  • Date : au choix, le samedi 8 février et le jeudi 19 mars 2020
  • Durée : 7h
  • Lieu : Fouesnant
  • Public visé : Toute personne travaillant en lien direct avec la nature, en particulier les arbres ou les plantes cultivées.

Salariés, formation professionnelle continue: 300€/jour

Particuliers, bénévoles d’association: 125€/jour

Mettre la communication bienveillante au service des transitions écologiques

la communication bienveillante comme outil de prévention et de gestion positive des tensions/conflits pour les projets en EEDD : clarifiez les zones et sources de tensions, expérimentez des outils d’écoute et d’affirmation de soi et appropriez-vous une grille d’analyse des situations pour mieux les appréhender.

  • Date : du mercredi 4 au vendredi 6 mars 2020
  • Durée : 21h
  • Lieu : Finistère sud
  • Public visé : Animateurs, éducateurs, bénévoles associatifs, et toute personne animant ou participant à des projets en lien avec l’EEDD et les transitions écologiques
  • Formateurs : Marie Egreteau et Hélène Denoix

Salariés, formation professionnelle continue: 300€/jour

Particuliers, bénévoles d’association: 125€/jour

Oser des pédagogies de l’émancipation en formation/animation

Comprendre les schémas pédagogiques, les fonctionnements des rapports à soi, à l’autre et aux apprentissages pour mieux adapter sa posture en formation et animation. Situez votre propre pratique si le coeur vous en dit, choisissez de faire quelques pas vers des pédagogies émancipatrices.

  • Date : du lundi 30 mars au 1er avril 2020
  • Durée : 21h
  • Lieu : Quimper
  • Public visé : Toute personne intervenant en formation ou animation dans le champ de l’EEDD, de manière régulière ou occasionnelle.

Salariés, formation professionnelle continue: 350€/jour

Salariés de structures adhérentes au Reeb: 280€/jour

Particuliers, bénévoles : tarifs adaptés à votre situation

Infos et réservations:

info@alterrebreizh.org

09 72 37 18 24

8 rue Louis Hémon – 29000 Quimper

www.alterrebreizh.org

Al’Terre Breizh sur Facebook

Pour retrouver la liste complète des formations de l’année 2020, cliquer ici.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Rob Hopkins revient en Bretagne à l’initiative de Sans transition !

La transition est un formidable vecteur de progrès et de solidarité. Preuve fut faite en avril 2019, lors de la précédente venue en France de Rob Hopkins. Le créateur du mouvement des Villes en transition nous fait l’honneur de revenir en France du 03 au 08 février 2020, à l’initiative de Sans transition ! magazine, pour une tournée qui ravira tous les citoyen-ne-s engagé-e-s !

Il ira à la rencontre des citoyens et acteurs engagés dans plusieurs régions de France. Ce second tour de France de la transition sera, nous l’espérons, l’amorce d’une volonté commune d’œuvrer sans cesse en faveur des transitions. Et si les rênes de notre avenir n’appartenaient qu’à notre seule imagination collective ?

Rendez-vous le 03 février 2020 à Lorient, au salon du port du Stade du Moustoir !

Gratuit sur réservation.

Plus d’info sur les dates et lieux des conférences.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Le gouvernement a créé une cellule militaire pour surveiller les opposants à l’agro-industrie

Le gouvernement veut « faire taire tous ceux qui mènent des actions symboliques contre le système de l’agriculture industrielle », dénoncent de multiples défenseurs de l’agriculture paysanne et biologique, réunis dans cette tribune. Ils s’inquiètent fortement de la création de la cellule de renseignement Demeter, lancée fin octobre, soi-disant destinée à lutter contre l’« agribashing ».

La liste des organisations signataires de cette tribune se trouve à la fin du texte.


Il y aura un avant et un après Demeter. Le 13 décembre, le ministre de l’Intérieur de la République française Christophe Castaner s’est rendu dans le Finistère en compagnie de la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. Dans le cadre d’une convention signée entre son ministère et ce syndicat agricole. Cette première anomalie démocratique — depuis quand la police républicaine est-elle aux ordres d’une structure privée ? — n’est pas la dernière, de loin.

En effet, ce voyage avait pour but principal de lancer une cellule de la gendarmerie nationale appelée Demeter, la déesse grecque des moissons. Et marque reconnue, depuis des lustres, de l’agriculture sans pesticides. Quel en est le but affiché ? La lutte contre « l’agribashing ». Ce terme est une invention des communicants de la FNSEA, qui prétend sans en apporter la moindre preuve qu’on assisterait en France à une entreprise concertée de dénigrement du monde agricole. Elle permet à ce syndicat de maintenir ce qu’elle fait depuis des dizaines d’années : une pression lobbyiste pour obtenir en retour des avantages économiques.

Le ministre, confronté avec son gouvernement à une situation politique difficile, a donc décidé de jouer ce rôle dangereux, affirmant par exemple : « Depuis quelques années, un phénomène grandit, inacceptable. De plus en plus, nos agriculteurs sont visés par des intimidations, des dégradations, des insultes. »

Empêtré dans cette imprudente déclaration, le ministre démontre dans le même texte qu’il est incapable de prouver par le moindre fait la réalité de ce phénomène. Les chiffres qu’il cite pour 2019 parlent d’eux-mêmes : sur la base de 440.000 exploitations agricoles, les plaintes portent sur 314 tracteurs volés, 24 vols avec violence, 657 voitures dérobées.

Encore faut-il préciser que les vols avec violences ont diminué en un an de 31,4 %. La plupart des centres urbains se damneraient pour de telles statistiques. Il est visiblement plus simple de mobiliser la police que de régler la situation dramatique de la paysannerie française.

Il y a encore plus grave. Volontairement, n’en doutons pas, M. Castaner mélange dans un stupéfiant gloubi-boulga la délinquance vile — cambriolages, vols de matériel, incendies, dégradations —, les occupations de terres agricoles par des gens du voyage, les actions antifourrure ou antichasse. C’est mettre sur le même plan criminel le vol, le droit des populations nomades, celui de la critique sociale et politique.

Il y a encore plus grave. M.Castaner entend s’attaquer dans le cadre de Demeter, ainsi qu’il l’écrit, aux « actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques ». Cette fois, on aura compris : il s’agit de faire taire tous ceux qui mènent des actions symboliques contre le système de l’agriculture industrielle, dont la FNSEA est le principal soutien.

La démocratie, ce n’est pas pactiser avec les lobbies dans le dos de la société

Qui mène « des actions symboliques » contre ce système ? Le mouvement des Coquelicots, qui réclame la fin des pesticides, soutenu par un million de citoyens. Les maires qui prennent des arrêtés contre ces poisons chimiques. Des dizaines de milliers de paysans qui ont déjà choisi l’agriculture biologique. Beaucoup d’autres, qui défendent le modèle de l’agriculture paysanne contre les projets délirants d’usines à vaches, à cochons ou à poulets. Et au total des centaines de milliers de citoyens engagés contre l’importation massive de soja transgénique et donc l’élevage industriel, contre la mort des oiseaux et des insectes, pour des rivières débarrassées de la pollution et des rivages sans algues vertes, enfin pour une alimentation de haute qualité.

Il ne fait aucun doute, à nos yeux, qu’une ligne a été franchie. La démocratie, ce n’est pas pactiser avec les lobbies dans le dos de la société. Et quand le ministre parle « d’améliorer [la] coopération avec le monde agricole et de recueillir des renseignements », chacun comprend ce que cela veut dire. Cela signifie l’intimidation accrue de tous les adversaires décidés de la FNSEA, qui passe nécessairement par la surveillance électronique et informatique, d’éventuelles écoutes téléphoniques, voire des filatures, des infiltrations, ou pire encore, la délation.

Nous prévenons solennellement le gouvernement que nous refusons cette criminalisation et que nous demandons le démantèlement de la cellule Demeter. Notre contestation de l’agriculture industrielle, non-violente, se fait et se fera au grand jour, dans la conviction d’exprimer la volonté majoritaire de la société française. Nous voulons beaucoup de paysans, beaucoup plus de paysans, heureux et fiers de leur métier, enfin payés au prix convenable pour leur participation au bien commun. C’est en effet un autre monde que celui de la FNSEA.

Liste des signataires :

  •  Valérie Murat, porte-parole de l’association Alerte Aux Toxiques !
  •  Pierre-Michel Périnaud, président d’Alerte des médecins sur les pesticides
  •  Sylvie Nony, secrétaire d’Alerte Pesticides Haute Gironde
  •  Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre
  •  Jean-francois Lyphout, président de l’Aspro-Pnpp
  •  Pierrick De Ronne, président de Biocoop
  •  Gwenola Kervingant, présidente de Bretagne Vivante
  •  Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes de Canopée
  •  Michel Besnard, du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest
  •  Marie-Lys Bibeyran, du Collectif Info Médoc Pesticides
  •  Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne
  •  Violette Auberger, représentante des Ami.es de la Confédération paysanne
  •  Joël Spiroux de Vendômois, président du Criigen
  •  Alain Bonnec, président d’Eau et rivières de Bretagne
  •  Jean-Luc Toullec, président de la Fédération Bretagne Nature Environnement
  •  Guillaume Riou, président de la FNAB
  •  Eric Feraille, président de FNE Aura
  •  François Veillerette, directeur de Générations futures
  •  Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France
  •  Arnaud Apoteker, délégué général de Justice Pesticides
  •  Daniel Cueff, maire de Langouët (35)
  •  Patrick Lespagnol, président du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique
  •  Eliane Anglaret, présidente de la fédération Nature & Progrès
  •  Fabrice Nicolino, président de Nous voulons des coquelicots
  •  Jean-Yves Bohic, président de Ragster
  •  Carole Le Bechec, présidente du Réseau Cohérence
  •  Jean-François Baudin, président du Réseau Amap Auvergne-Rhône-Alpes
  •  Florent Mercier, co-président du Réseau Semences Paysannes
  •  Jacky Bonnemains, directeur de Robin des bois
  •  Thierry Thévenin, porte-parole du syndicat Simples
  •  Gilles Lanio, président de l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF)
  •  Benjamin Sourice, co-président de Combat Monsanto

Tribune publiée sur le site reporterre.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

8 février à Saint-Hélène : Soirée festive « chou de Lorient »

Les amoureux du Chou de Lorient se retrouve le 8 février à Saint-Héléne (56) pour une soirée gourmande et musicale organisée par le syndicat des producteurs de Choux de Lorient.

Venez le (re)découvrir en kig ha farz avec une animation musicale du groupe Les Bigou’Zins.

PRÉ-INSCRIPTION OBLIGATOIRE avant le 03/02/2020
au 07-61-36-48-39 ou soireechou8@gmail.com

14€ / adulte
7 € / enfant
Avec le soutien de Cohérence, la Mairie de Saint-Héléne et les étudiantes de l’IUT QLIO

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Rejoignez-nous !

Pour nous permettre de donner une véritable impulsion à nos territoires dans l’esprit de la démocratie participative qui motive fortement tout le réseau Cohérence, nous avons besoin de votre engagement mais aussi de votre soutien financier.

En soutenant Cohérence, vous apportez un soutien indispensable à la poursuite de ses actions et vous rejoignez le mouvement de la transition citoyenne vers un développement durable et solidaire.

Nous vous remercions par avance de votre adhésion.

Le Conseil d’Administration de Cohérence

Publié dans Actualités, Actualités de Cohérence | Laisser un commentaire

Pacte de la Transition : Lettre ouverte aux élu(e)s actuels et aux candidat(e)s aux élections municipales et inter-communales

Madame, Monsieur,

Les dérèglements climatiques, l’érosion de la biodiversité, l’explosion des inégalités, vont transformer nos modes de vie dans une mesure que nous avons encore du mal à imaginer. Des milliers de scientifiques du monde entier nous répètent le même message : il faut agir sans attendre. Pourtant, les engagements des États sont encore insuffisants pour limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C, et ils tardent à se mettre d’accord pour prendre des mesures ambitieuses. Pour pallier la progression des inégalités qui a poussé des milliers de français et de françaises à protester dans la rue et sur les ronds-points depuis un an, le gouvernement peine à proposer des solutions satisfaisantes.

Que faire ? Déjà, des millions d’entre nous changent leurs habitudes quotidiennes, ne prennent plus l’avion, accueillent des personnes réfugiées sous leur toit ou luttent pour leurs droits sociaux. La prise de conscience se fait, lentement mais sûrement, et ce mouvement doit être encouragé. Pour autant, au regard de l’urgence, changer nos pratiques individuelles ne suffit plus. Pour relever les défis majeurs qui nous font face, il nous faut agir collectivement, faire œuvre de société pour transformer nos politiques publiques.

32 mesures pour l’avenir

Nous, habitantes et habitants des communes de Bretagne, organisations, élues et élus locaux, pensons qu’une multitude d’actions locales, à l’échelle des territoires, peut encore infléchir la tendance. Nous pensons que si la transition doit avoir lieu à toutes les échelles, les communes peuvent être le fer de lance de ce mouvement. L’échelle locale est essentielle pour expérimenter, structurer et diffuser les solutions qui feront le monde de demain.

En mars 2020 se tiendront les élections municipales en France. Nous avons identifié des mesures concrètes permettant de construire des communes et des inter-communalités plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques. Ces 32 mesures constituent le Pacte pour la Transition.

Elles sont issues du travail commun de 60 organisations et d’une large consultation ayant réuni 1135 citoyennes et citoyens de toute la France. Elles ont ensuite été consolidées par un comité réunissant scientifiques, représentants d’organisations, élus et citoyens tirés au sort. Elles proposent notamment des pistes pour rester sous la barre de réchauffement de +1,5°C, bâtir des villes respectant les droits et la dignité de tous, préserver la biodiversité et permettre la co-construction des politiques publiques locales.

Déjà 1600 communes couvertes en France et 150 en Bretagne

Depuis mai dernier, plus de 1600 communes, dont 150 en Bretagne, sont couvertes par le Pacte :

  • Côtes d’Armor : un collectif actif à Guingamp, et 27 communes au total où des personnes se sont signalées sur le site
  • Finistère : un collectif actif à Morlaix, et 28 communes au total où des personnes se sont signalées sur le site
  • Ille-et-Vilaine : 4 collectifs actifs à St Malo, Rennes, Chavagne, Redon, et 55 communes au total où des personnes se sont signalées sur le site
  • Morbihan : 3 collectifs actifs St Dolay, Brech, Lorient, et 40 communes au total où des personnes se sont signalées sur le site

Nous appelons les habitants et les élus de nos communes à définir leurs priorités et travailler ensemble pour mettre en œuvre ces mesures sur leur territoire. Rejoignez-nous !

Nous, citoyennes et citoyens, organisations, élues et élus locaux, devons faire face aux plus grands défis de notre temps. En agissant ensemble dans nos communes, au plus près du terrain, nous choisissons de montrer l’exemple.

Lisez les 32 mesures sur pacte-transition.org

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Cohérence recherche des associations en transition!

Dans le cadre d’un projet d’engagement des associations dans la transition mené par Cohérence, nous sommes actuellement à la recherche d’associations qui s’engagent au travers d’actions vertueuses.

Attention ! Nous parlons là d’associations dont le but premier n’est pas la transition écologique, mais bien les associations du quotidien (exemple : Club de bridge, Associations de cyclistes, de parents d’élèves…).

L’idée est de mettre en lumière les pratiques ou gestes vertueux mis en place au sein de ces structures (exemple : investissement dans du matériel économe en énergie, mise en place de covoiturage, organisation de festival zéro déchet…).

En bref, tout engagement, en faveur de la transition !

Des petites actions du quotidien aux initiatives innovantes. Nous souhaiterions pouvoir recueillir le témoignage de ces structures afin de les faire rayonner auprès des autres, et ainsi les inciter, elles mêmes, à prendre des engagements.

Donc si vous êtes vous même concernés, ou si vous avez connaissance d’associations correspondant à notre recherche, n’hésitez pas à relayer l’information et à prendre contact avec nous.

contact: bastien.ihuel@reseau-coherence.org

COHERENCE

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Le pacte pour la transition-60 ONG s’engagent pour les Municipales

A l’approche des élections municipales de mars 2020, 60 organisations engagées dans la transition écologique et sociale ont rédigé le Pacte pour la transition, un programme de mesures concrètes pour les communes.

Des habitant.es se mobilisent déjà dans 1400 communes.

Les dérèglements climatiques, l’érosion de la biodiversité, l’explosion des inégalités, vont transformer nos modes de vie dans une mesure que nous avons encore du mal à imaginer. Des centaines de scientifiques du monde entier nous répètent le même message : il faut agir sans attendre. Pourtant, les engagements des États sont encore insuffisants pour limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C, et ils tardent à se mettre d’accord pour prendre des mesures ambitieuses. Pour pallier la progression des inégalités qui a poussé des milliers de français et de françaises à protester dans la rue et sur les ronds-points depuis un an, le gouvernement peine à proposer des solutions satisfaisantes.

Que faire ? Déjà, des millions d’entre nous changent leurs habitudes quotidiennes, ne prennent plus l’avion, accueillent des personnes réfugiées sous leur toit ou luttent pour leurs droits sociaux. La prise de conscience se fait, lentement mais sûrement, et ce mouvement doit être encouragé. Pour autant, au regard de l’urgence, changer nos pratiques individuelles ne suffit plus. Pour relever les défis majeurs qui nous font face, il nous faut agir collectivement, faire œuvre de société pour transformer nos politiques publiques.

32 mesures pour l’avenir

Nous, habitantes et habitants des communes de France, organisations, élues et élus locaux, pensons qu’une multitude d’actions locales, à l’échelle des territoires, peut encore infléchir la tendance. Nous pensons que si la transition doit avoir lieu à toutes les échelles, les communes peuvent être le fer de lance de ce mouvement. L’échelle locale est essentielle pour expérimenter, structurer et diffuser les solutions qui feront le monde de demain.

En mars 2020 se tiendront les élections municipales en France. Nous avons identifié des mesures concrètes permettant de construire des communes plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques. Ces 32 mesures constituent le Pacte pour la Transition.

Elles sont issues du travail commun de 60 organisations et d’une large consultation ayant réuni 1135 citoyennes et citoyens de toute la France. Elles ont ensuite été consolidées par un comité réunissant scientifiques, représentants d’organisations, élus et citoyens tirés au sort. Elles proposent notamment des pistes pour rester sous la barre de réchauffement de +1,5°C, bâtir des villes respectant les droits et la dignité de tous, préserver la biodiversité et permettre la co-construction des politiques publiques locales.

Déjà 1400 communes

Depuis mai dernier, plus de 1400 communes ont déjà répondu à l’appel. Nous appelons les habitants et les élus de nos communes à définir leurs priorités et travailler ensemble pour mettre en œuvre ces mesures sur leur territoire. Rejoignez-nous !

Nous, citoyennes et citoyens, organisations, élues et élus locaux, devons faire face aux plus grands défis de notre temps. En agissant ensemble dans nos communes, au plus près du terrain, nous choisissons de montrer l’exemple.

Lisez les 32 mesures sur :pacte-transition.org.

Signataires :

Alternatiba-ANV COP21/Archipel Citoyen « Osons les Jours Heureux »/Archipel des Sans-Voix/Artisans du Monde/Association l’âge de faire/Attac/Bigre/Bio consom’acteurs/Citoyennes.ens Lobbyistes d’Intérêts Communs/CLER Réseau pour la Transition énergétique/Coalition Eau/Commerce Equitable France/commown/Coordination EAU Île-de-France/CRID/Démocratie Ouverte/e-graine/Emmaüs France/Enercoop/Energie Partagée/FAIR[e] un monde équitable/Festival des Solidarités/Fondation Danielle Mitterrand/France Nature Environnement/Générations Cobayes/Gilets Verts/I-buycott/La Bascule/la Nef/Le Labo de l’ESS/le Stuck/Les Amis de la Terre France/MFRB/MIRAMAP/Mobicoop/Mouvement  pour l’économie  solidaire /Mouvement Colibris/Mouvement pour une Alternative Non-violente/Mouvement SOL/Mouvement Utopia/MyTroc/Noé/Notre Affaire à Tous/On est prêt !/Oxalis – Manufacture Coopérative/Ligue des droits de l’Homme (LDH)/Labo de l’ESS/Réseau Action Climat France/Réseau Cocagne/Réseau National des Ressourceries/Résistance à l’agression publicitaire/Secours Catholique – Caritas France/Terre et Humanisme/Villes & Territoires en Transition/Zero Waste France

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

LETTRE OUVERTE AUX ELUS DU CONSEIL REGIONAL DE BRETAGNE

MOBILISATION GENERALE : NOUS APPELONS LES ELUS ET LA SOCIETE CIVILE A S’ENGAGER AVEC FORCE DANS LES TRANSITIONS

Le 28 novembre le Conseil Régional de Bretagne va voter la première mouture du Sraddet, le Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Égalité des Territoires, qui vise à encadrer au niveau régional, les règles d’urbanisme et d’aménagement des communes et inter-communalités. Fait unique en France, ce Schéma est issu d’un processus d’engagements des acteurs et de négociations appelé BreizhCop lancé depuis 3 ans. Si ce premier document Sraddet est encore bien timide sur les règles prescriptives, il a le mérite de poser quelques objectifs ambitieux mais encore trop lointains. Il est impératif que dès aujourd’hui les collectivités territoriales et tous les acteurs, qu’ils soient élus, entreprises, exploitations agricoles, associations, syndicats, citoyens s’emparent volontairement et fortement des enjeux que sont l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité. Des enjeux qui sont à traiter en cohérence avec la nécessaire protection et accompagnement des bretonnes et des bretons dans ces défis.

Concrètement nous appelons :

  • A faire preuve de volonté politique pour réaliser ce que les citoyens exigent massivement face aux urgences climatiques,écologiques et sociales. Vous, élus ou candidats, serez interpellés sur vos choix et vos positions, aujourd’hui et demain.
  • A ce que le conseil régional inclue dans l’élaboration de ses contrats territoriaux de hautes ambitions en terme de réduction d’émissions de GES et de baisse forte de consommation des terres naturelles et agricoles.
  • A inscrire dans tous les budgets publics la conditionnalité des aides aux objectifs des transitions économiques sociales et écologiques. Au travers des finances publiques, le citoyen contribue pour son avenir et non pour entretenir un système qui détruit les biens communs.
  • A engager fortement la transition du système socio-économique afin qu’il soit compatible avec les écosystèmes écologiques et climatiques dont les vies et les activités humaines dépendent.
  • A donner et flécher les moyens de pratiquer une agriculture durable en lien avec les ressources des territoires et les exigences des consommateurs-trices qui consomment local et de qualité.
  • A engager fortement une réelle transition agricole vers l’agro-écologie qui rémunère les agriculteurs nombreux, en protégeant l’environnement et la santé des bretons et se garde des fausses solutions (méthanisation, exploitation excessive de la biomasse, ateliers industriels, course à l’investissement.
  • A inclure dans les structures de négociation et de gouvernance de la Breizh Cop et de son évaluation, à côté des élus, les consommateurs, les défenseurs de l’environnement, les agriculteurs, et les acteurs économiques, pour qu’ils négocient cette rupture de système et la stratégie à suivre dans les années qui s’annoncent.
Publié dans Actualités | Laisser un commentaire