Edito

Et si la préoccupation persistante des français …la lutte contre le réchauffement climatique s’exprimait enfin au élections législatives !

Au moment où vous lirez ce texte nous serons fixés sur la nature du régime politique qui scellera notre avenir. Si pour notre part et en cohérence avec notre positionnement de toujours nous optons sans ambiguïté pour le président sortant face à une alternance qui interdirait désormais tout espoir de changement, vous ne serez pas surpris que nous vous invitions à préparer dès maintenant les conditions pour permettre que le président soit contraint de mettre en œuvre un pacte pour la Transition écologique sociale et solidaire

Le Pacte pour la Transition a été porté durant les élections municipales de 2020 par des groupes de citoyen·nes afin d’engager les candidat·es à mettre en œuvre  un programme destiné à sauver la Planète. Si, en effet, chaque geste compte, l’accompagnement collectif est essentiel. Les transitions rassemblent les commune, les collectivités, à fortiori le pays tout entier. Il est donc important que nous nous mobilisions.

La campagne qui s’est déroulée jusqu’à maintenant s’est focalisée sur le pouvoir d’achat dans une ambiance fortement marquée par le climat de désespérance accentué par la guerre à nos portes. Même si la question climatique reste une préoccupation majeure des français les candidats qui ont mis le changement au cœur de leur programme n’ont pas emporté le suffrage des électeurs. La cristallisation qui fait suite à la bataille du premier tour a pour effet de focaliser la campagne du président sortant sur son bilan écologique face à une concurrente inaudible sur ce point qui va jusqu’à proposer la démolition des éoliennes.

La tentative de récupération des électeurs ne peut faire illusion, le bilan d’Emmanuel Macron accentué ses derniers mois par des reculs en matière agricole est affligeant.

Les législatives qui suivront les présidentielles peuvent et doivent constituer un démenti et permettre de rappeler au locataire de l’Élysée que c’est au Parlement et plus particulièrement à l’Assemblée nationale que s’élabore la politique du gouvernement dans le respect d’une constitution qui consacre certes un domaine réservé mais oblige le président à tenir compte de l’expression du suffrage universel exprimé par la volonté populaire.

Nous vous invitons donc à interpeller avec le concours du Pacte pour la Transition, les candidats à la députation pour renouveler le débat, donner toute sa place à la lutte contre le réchauffement climatique et la lutte pour la biodiversité et infliger un démenti à la verticalisation du pouvoir. La progression du candidat de l’union populaire, la dynamique du vote utile à gauche qui s’est manifestée au 1er tour de la présidentielle doit permettre un rassemblement autour d’un programme cohérent tant sur le plan social qu’écologique.

Marc Pouvreau, Co-président du Réseau Cohérence

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.