LETTRE OUVERTE AUX ELUS DU CONSEIL REGIONAL DE BRETAGNE

MOBILISATION GENERALE : NOUS APPELONS LES ELUS ET LA SOCIETE CIVILE A S’ENGAGER AVEC FORCE DANS LES TRANSITIONS

Le 28 novembre le Conseil Régional de Bretagne va voter la première mouture du Sraddet, le Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable et d’Égalité des Territoires, qui vise à encadrer au niveau régional, les règles d’urbanisme et d’aménagement des communes et inter-communalités. Fait unique en France, ce Schéma est issu d’un processus d’engagements des acteurs et de négociations appelé BreizhCop lancé depuis 3 ans. Si ce premier document Sraddet est encore bien timide sur les règles prescriptives, il a le mérite de poser quelques objectifs ambitieux mais encore trop lointains. Il est impératif que dès aujourd’hui les collectivités territoriales et tous les acteurs, qu’ils soient élus, entreprises, exploitations agricoles, associations, syndicats, citoyens s’emparent volontairement et fortement des enjeux que sont l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité. Des enjeux qui sont à traiter en cohérence avec la nécessaire protection et accompagnement des bretonnes et des bretons dans ces défis.

Concrètement nous appelons :

  • A faire preuve de volonté politique pour réaliser ce que les citoyens exigent massivement face aux urgences climatiques,écologiques et sociales. Vous, élus ou candidats, serez interpellés sur vos choix et vos positions, aujourd’hui et demain.
  • A ce que le conseil régional inclue dans l’élaboration de ses contrats territoriaux de hautes ambitions en terme de réduction d’émissions de GES et de baisse forte de consommation des terres naturelles et agricoles.
  • A inscrire dans tous les budgets publics la conditionnalité des aides aux objectifs des transitions économiques sociales et écologiques. Au travers des finances publiques, le citoyen contribue pour son avenir et non pour entretenir un système qui détruit les biens communs.
  • A engager fortement la transition du système socio-économique afin qu’il soit compatible avec les écosystèmes écologiques et climatiques dont les vies et les activités humaines dépendent.
  • A donner et flécher les moyens de pratiquer une agriculture durable en lien avec les ressources des territoires et les exigences des consommateurs-trices qui consomment local et de qualité.
  • A engager fortement une réelle transition agricole vers l’agro-écologie qui rémunère les agriculteurs nombreux, en protégeant l’environnement et la santé des bretons et se garde des fausses solutions (méthanisation, exploitation excessive de la biomasse, ateliers industriels, course à l’investissement.
  • A inclure dans les structures de négociation et de gouvernance de la Breizh Cop et de son évaluation, à côté des élus, les consommateurs, les défenseurs de l’environnement, les agriculteurs, et les acteurs économiques, pour qu’ils négocient cette rupture de système et la stratégie à suivre dans les années qui s’annoncent.
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.