Qui sommes-nous ?

A partir du 1er juillet un seul numéro pour joindre Cohérence 06 73 21 06 66

L’association Réseau Cohérence regroupe principalement en Bretagne plus d’une centaine d’adhérents (associations, syndicats, entreprises, agriculteurs, particuliers). Depuis 1997, Cohérence, c’est à dire le cœur de ce réseau, développe des outils adaptés à la transversalité des problématiques (écologiques, économiques, sociales et solidaires). Ces outils s’appuient sur la démocratie participative et la coopération entre les acteurs de la société civile et les élus des territoires.

L’association Réseau Cohérence a signé la déclaration commune du Collectif pour une transition citoyenne et s’inscrit totalement dans ce mouvement vers un développement solidaire et durable.

transition-citoyenne-header-650x150Le Réseau Cohérence porte une dynamique positive et mobilise les citoyens autour de nouveaux projets de territoires sur des valeurs de développement fait d’humanisme, d’écologie et d’une économie au service d’un mieux-vivre ensemble.

Cet engagement a été récompensé par deux trophées bretons du développement durable, pour l’ Agenda 21 des familles et du citoyen (2011) et pour l’action en faveur de l’élevage de porc sur paille (en 2014).

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Découvrez les outils du Réseau Cohérence

Élaboré pour être une source de transition, découvrez notre guide dédié aux outils de la participation citoyenne et de la transition. À une époque où les enjeux sociétaux et environnementaux appellent à l’action collective, il est essentiel de mettre à disposition des citoyens et des collectivités des moyens concrets pour participer activement à la prise de décision et à la transition vers un avenir plus durable.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

CINE-DEBAT« Consommer Moins d’Espace, Cultiver Plus de Solutions » Vendredi 8 décembre à 18h à Lorient

C’est une soirée que nous voulons à la fois informative, inspirante et porteuse de solutions sur un sujet qui touche au cœur de notre société : la consommation croissante des espaces agricoles et naturels par l’urbanisme.

18h00 – Projection du Film : « Du béton sur nos courgettes » 

Plongez dans ce documentaire qui explore les défis auxquels sont confrontées des terres agricoles dans le sud de la France face à l’expansion urbaine. Découvrez des témoignages et des images qui nous poussent à réfléchir sur notre impact sur ces espaces précieux.

19h00 – Débat : « Consommer Moins d’Espace, Cultiver Plus de Solutions »

Rejoignez-nous pour un débat animé par des experts du domaine. Ensemble, explorons des solutions novatrices pour réduire la consommation d’espaces agricoles par l’urbanisme. Vos idées et questions sont les bienvenues dans cette discussion incontournable pour l’avenir de notre environnement.

19h45 – Clôture de la Soirée :

L’occasion de rencontrer d’autres personnes engagées et de continuer les échanges autour d’un verre.

Rendez-vous au FJT Courbet  81, rue Amiral Courbet à Lorient, où nous espérons vous voir nombreux.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Invitation à l’Assemblée Générale ordinaire 2023 de Cohérence vendredi 8 Décembre à Lorient de 16h à 18h

Nous sommes ravis de vous inviter à notre Assemblée Générales ordinaire mais aussi extraordinaire, qui se tiendra le vendredi 8 décembre à 16h00 à Lorient.

Votre présence est importante pour le succès de cette AG et pour l’avenir de notre association car ce sera l’occasion d’échanger sur le nouveau projet associatif de Cohérence. Cette soirée se veut une opportunité à la fois pour vous de poser des questions sur le nouveau projet mais également pour répondre à notre appel à engagement pour rejoindre le conseil d’administration.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Laillé 2040

Corbinais et vilaine

Ecole et jardins

Le cleux

mairie et bourg

Ferme de Mérol

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

1 000 COP en Bretagne

En pleine COP 28, le réseau Cohérence lance un appel à la création en Bretagne de 1 000 COP -Conférences des parties rassemblant des collectivités et les sociétés civiles locales autour des transitions.

Le chaos climatique est à notre porte et les acteurs mondiaux de la COP 28 tergiversent encore à prendre des décisions courageuses et transformatrices.

Les territoires bretons ne peuvent attendre les décisions qui viennent d’en haut et il leur revient de mettre en œuvre les mesures appropriées et nécessaires.

Pour que la transition écologique ne soit pas un vain mot, il est nécessaire de penser, bâtir et expérimenter ensemble et au final, de décider collectivement. 

Le Réseau Cohérence appel aujourd’hui les collectivités locales (communes, agglomérations, départements et la Région) à créer 1 000 COP (Conférence des Parties) locales, c’est à dire des espaces de co-construction des politiques publiques des transitions écologiques et solidaires. Pour nous ces espaces favoriseront l’acceptation et l’accélération des changements environnementaux de la société bretonne.

Pour ce faire, nous appelons les associatiosn et les citoyens à solliciter leurs élus pour qu’ils s’engagent dans la voie de la coopération. Une lettre type est accessible ci-aprés :

Déjà plus d’une trentaine de collectivités en Bretagne (Langon, Saint-Aubin du Cormier, Quimperlé, ….), ont créé des « COP Locales » qui prennent la forme de commissions extra-municipales sur le thème de la transition. Et bien d’autres espaces existants se prêtent à cet exercice : Plan Climat Énergie Territorial, Programme Alimentaire Territorial, Atlas de la Biodiversité, … et bien évidemment les conseils de développement.

Notre mouvement vous invite à découvrir des exemples concrets :

Vous pouvez également consulter la carte des commissions extra-municipales en Bretagne

Ainsi que des formations et des outils, comme le Pacte de la Coopération, qui permettent de constituer :

  • Une vision partagée pour définir un horizon commun,
  • Une posture commune pour une coopération authentique et transparente,
  • Des objectifs et un plan d’actions opérationnels à partager,
  • Un espace pour une gouvernance partagée.

Aujourd’hui, nous disons aux collectivités, Osez la coopération, votre société civile est prête !

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Quimperlé : Une commission extra-municipale du temps long

Échanges avec Yves Schryve, adjoint aux travaux, bâtiments et à la transition écologique énergétique de la commune de Quimperlé.

Un commission extra-municipale du temps long : comment et pourquoi faire ?
Pendant le précédant mandat (2014-2020), la commune de Quimperlé avait déjà mis en place une commission extra-municipale. Elle portait sur le partage de l’espace public par les différents utilisateurs (poucettes, vélos, piétons, personnes à mobilité réduite, …). Cette commission nommée « rue partagée » avait permis de réaliser un travail de fond sur le plan de déplacement communal.

Durant la campagne municipale de 2020, un collectif d’habitants et d’associations avait proposé aux candidats de prendre des engagements dans le cadre du Pacte de la Transition. L’équipe élue en 2020, avait alors pris 19 engagements, dont celui d’installer une commission extra-municipale du temps long. L’objet d’une telle commission est de représenter les intérêts de la nature et des générations futures, et s’assurer de l’adéquation des grands projets des communes et de leurs groupements avec les enjeux écologiques, sociaux, climatiques de moyen et long terme.

En janvier 2021, la commission extra-municipale du temps long a donc été proposée aux habitants de Quimperlé et travaille sur les 19 engagements du Pacte (énergie, agriculture et restauration, mobilités, consommation responsable, aménagement et habitat, ressources naturelles, inclusion). Elle se réunit deux à trois fois par an et est composée de 8 élus (dont 2 élus de la minorité) et de 8 associations locales. Les associations participantes ont été désignées par le collectif local du Pacte de la Transition, la mairie ne demandant que la parité élus/associations. Les services de la ville peuvent également y participer en fonction des sujets.

Pour Yves Schryve, « la commission extra-municipale permet à la fois d’avoir des retours « terrain » des habitants et des associations qui pratiquent au quotidien la commune mais également de construire collectivement des politiques de long terme. »

Des règles de fonctionnement à co-construire
Lors des premières réunions, la commission a adopté un règlement intérieur. Une forme de charte qui fixe les règles de vie commune de cet espace de coopération. L’essentiel est d’y favoriser la bienveillance et l’écoute, la commission n’est pas le champ de l’affrontement politique.

Cette commission est consultative. Son objectif est de faire des propositions aux élus qui les transmettent, si ils le souhaitent, ensuite aux services de la ville pour passage en bureau municipal, puis en conseil municipal. Pour ce qui est des échanges au sein de la commission : les comptes rendus des commissions sont diffusés aux élus et aux membres des associations, mais pas à l’ensemble des habitant.e.s (à ce jour).

« Une mise en place qui demande un très grand investissement »
Pour l’ensemble des participants à la commission extra-municipale (élus, membres d’associations et services) l’engagement est important. La mise en place d’une telle commission demande de ne pas sous-estimer le temps à y consacrer ou encore le besoin de formation et d’information des participants.

Les associations sont représentées par des bénévoles qui sont très engagés et leur manque de disponibilité peut s’avérer problématique sur les sujets complexes. Par exemple sur la restauration scolaire, lorsqu’on veut promouvoir les circuits courts, les repas végétariens, une alimentation de qualité. Il y a énormément d’actions à mettre en place : formation des cuisiniers, élaboration de nouveaux marchés publics, construction d’un nouvel équilibre financier, etc. Donc des connaissances multiples qui pour être acquises nécessitent du temps. Autre exemple complexe, l’accueil des réfugiés.

Autre difficulté, le suivi des mesures du Pacte nécessite parfois des connaissances/compétences très pointues (exemple de l’isolation des bâtiments publics ou du développement des réseaux de chaleur). Trouver une association ou un.e expert.e sur une thématique pour permettre à l’ensemble des participants d’avoir un regard éclairé est parfois compliqué sur le territoire. Pour autant il est important de partager une information, une culture commune pour éviter des points de blocages.

Dernières difficultés, le rapport au temps, qui est très différent entre une collectivité et une association car en collectivité le délai entre la proposition et la réalisation concrète peut parfois être très long (temps de la décision collective, recherche de financement, vote du budget, marché public, réalisation ….). Cela a pu générer des conflits au début mais maintenant ceux-ci sont plus apaisés.
Paradoxalement, le temps « vraiment » long peut aussi être difficile à l’échelle communal car nous ne sommes présents que pour les 6 ans du mandat.

De très bons résultats sur le « vivre ensemble » et «les espaces publics »

Malgré les freins précédents la commission fonctionne très bien sur les sujets qui touchent au vivre ensemble ou aux espaces publics. L’exemple du plan vélo en est la démonstration. Les membres de la commission ont fait des apports très riches se sont des praticiens et des experts.
Autre exemple de cette efficacité, on travaille sur les cours d’eau, les inondations, la biodiversité. Les militants sont très pointus, beaucoup plus que les élus. Les militants nous expliquent le reméandrage, le rôle des zones humides ou des haies, … ils nous montrent l’essentiel ils sont très très pointus.
Les services étaient également présents sur ce sujet : l’usage de l’eau dans les bâtiments, l’arrosage des plantes, etc. La commission a ainsi permis une large mobilisation. La réflexion est alors horizontale, partagée et en transversalité.

En conclusion, pour Yves Schryve « La plus-value de la commission est évidente. Les gens engagées, militants apportent leurs richesses. Ils ne sont pas en opposition ou réaction, ils sont partenaires. Si nous élus, nous ne mettons pas tous les gens autour de la table, nous sommes à côté de la plaque. Il y a beaucoup de compétence, il suffit juste d’écouter ».
les habitants sont intéressés et prêts a donner de leurs temps lorsque les sujets sont concrets et les touchent dans leur quotidien. De plus, lorsque tous les leviers sont activés, la pertinence des commission extra-municipales est une évidence. Les habitants, les militant, les élus deviennent alors partenaires ce qui permet de construire des projets justes et cohérents. 

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Les commissions extra-municipales Transition Ecologique – Retour d’expérience de Saint-Aubin-du-Cormier

Webinaire #3 – Mercredi 14 juin 18h30-19h30
Les commissions extra-municipales Transition Ecologique
Retour d’expérience de Saint-Aubin-du-Cormier

Avec Laetitia Cour, conseillère déléguée, Pascale Macours, adjointe au maire et Soazig Perche Présidente de l’association de défense de l’environnement Ragoles et Béruchets, toutes les trois membres depuis 2020 de la commission extra-municipale.

Pour ce troisième webinaire d’un cycle sur les transitions écologiques et citoyennes en Bretagne, le Réseau Cohérence a organisé un échange en ligne sur le sujet des commissions extra-municipales afin de découvrir le mode d’emploi d’un espace de coopération collectivité-société civile en faveur des transitions.

Pour accélérer les transitions écologiques, nous avons besoin de processus et d’espaces participatifs, afin que des mesures ambitieuses soient co-construites et portées conjointement par les élu.es et les citoyen.ne.s sur les territoires, et ainsi permettre l’engagement du plus grand nombre.

S’adressant aux élus des collectivités territoriales et à la société civile locale, le Réseau Cohérence promeut « le Pacte de coopération » qui se veut une boite à outils pour faire émerger des espaces de coopération en faveur des transitions en Bretagne. https://www.reseau-coherence.org/pacte-de-la-cooperation

C’est dans le cadre de cette boite à outil que nous vous proposons de découvrir le fonctionnement de la commission extra-municipal de Saint-Aubin-du-Cormier avec les témoignages de Laetitia Cour, conseillère déléguée, Pascale Macours, adjointe au maire et Soazig Perche présidente de l’association de défense de l’environnement Ragoles et Béruchets, toutes les trois membres depuis 2020 de la commission extra-municipale.

Depuis 2014, la municipalité a axée sa gouvernance sur la base de travaux effectués en commission extra-municipales et sur l’implication des habitants et des usagers à certaines phases des projets. Renouvelée en 2020, la municipalité a depuis encore développée sa gouvernance partagée. Saint-Aubin-du-Cormier est membre du réseau Bruded https://www.bruded.fr/projet/saint-aubin-du-cormier-35-une-gouvernance-basee-sur-des-commissions-extra-municipales/

Retrouvez les échanges qui ont suivis la vidéo ici

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Carte de Bretagne des commissions extra-municipales

A la différence des commissions communales, la composition les commissions extra-municipales comprennent des représentants extérieurs aux élus du conseil municipal. Elles peuvent être consultées sur toute question d’intérêt communal. En septembre 2023, la région Bretagne comptait une trentaine de commission extra-municipales sur des thèmes très variés : Environnement, transition écologique, culture, commerce, jeunesse, langue bretonne, …

https://www.google.com/maps/d/edit?mid=1erwzPH3IpdokkGPMOacVB-9b5R_xzJU&ll=48.017315831540984%2C-2.9550794999999974&z=8

Retrouvez ici des exemples de chartes de fonctionnement de commissions :

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Une pétition citoyenne pour une Convention citoyenne sur la Penfeld à Brest

En Cohérence – Webinaire 4 – 19 septembre à 17h30

L’association Rue de Penfeld soucieuse d’élargir les usages partagés de la Penfeld a déposé sur le site de la ville de Brest une pétition  citoyenne qui permet l’examen de la demande en conseil municipal si elle recueille 2 000 signatures.

La convention citoyenne semble un bon moyen de faire émerger des propositions à soumettre aux organismes compétents pour imaginer de nouveaux usages de ces espaces au coeur de la ville.

Cette démarche sera présentée le 19 septembre à 17h30 dans le cadre des webinaires du groupe sur les conventions citoyenne en Bretagne initié par le réseau Cohérence.

Pour s’inscrire : https://framaforms.org/en-coherence-webinaire-4-1694021187

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Aménagement et environnement, retours sur l’exemple des commissions extra-municipales de Langon

Ville de 1 463 habitants située entre Rennes et Redon, la commune a connu une alternance politique en 2020. Dès le début du mandat, l’équipe nouvellement élue a fait le choix de faire participer les habitants à la vie publique par le biais, entre autre, de trois commissions extra-municipales. Entrons dans le détail avec Jean-Yves Colléaux, maire de Langon et Julien Colin conseiller municipal.

« Déjà durant la campagne nous avons fait participer la population car nous sommes convaincus qu’il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule » précise d’emblée Jean-Yves Colléaux.

C’est donc très rapidement que la commune a créé 3 commissions extra-municipales :

  • Petite enfance et affaires scolaires
  • Aménagement et cœur de village
  • Environnement

« Le choix des thèmes a été pour nous évidence » explique Jean-Yves Colléaux car ces trois sujets sont ressortis fortement durant la campagne.

Pour les constituer, la mairie a lancé un appel à la population qui a répondu très fortement. Il a donc fallu procéder à un tirage au sort en conseil municipal car il y avait deux fois plus de candidats que de places, celles-ci étant au nombre de 12 par commission. Douze est un bon nombre pour travailler ensemble de manière intelligente estime le maire.

Chaque commission s’est vue désigner deux référents (un élu et un habitant).

Pour fonctionner une charte commune à chaque commission a été adoptée après plusieurs recherches sur internet de références existantes.

Puis les commissions se sont mises au travail en partant d’une page blanche car il n’y avait pas de feuilles de route précises au démarrage. Ainsi la commission extra-municipale « petite enfance et affaires scolaire » a mis en place une séance de brainstorming avec des mini-groupes équipés de post-it. La commission a fait également plusieurs visites pour découvrir, grâce au réseau Bruded, les réalisations de communes voisines.

De manière générale, les commissions se réunissent tous les deux mois avec en complément des réunions de groupe projet pour travailler entre les commissions. Les réunions se font dans les locaux municipaux mais aussi parfois chez les habitants ou au café, véritable poumon du village.

Tous les élus (majoritaires comme minoritaires) sont invités aux réunions des commissions et celles-ci ont la capacité d’inviter spécifiquement certains élus ou agents, mais aussi des experts extérieurs à la commune.

Jean-Yves Colleaux reconnait qu’au début l’enthousiasme général de la population lié à l’absence de feuilles de route a parfois rendu difficile la canalisation des idées. Certains habitants ont pu parfois venir pour des intérêts personnels mais c’est bien l’intérêt général de la commune qui est au cœur des commissions.

« La force des commissions extra-municipales, c’est le lien direct élus-habitants. A l’oral chacun est plus à l’aise pour s’exprimer au sein de petits groupes. » Pour Mr Le Maire, la discussion permet de faire appel au bon sens des habitants qui, si on leur donne accès aux affaires de la commune, comprennent les priorisations décidées par le conseil municipal, même quand les propositions d’une commission extra-municipale sont refusées. Les commissions extra-municipales alimentent en effet les commissions internes à la mairie constitué uniquement d’élu. C’est le conseil municipal qui au final arbitre la proposition. Pour Julien Colin, les commissions extra-municipales facilitent l’accès à la salle du conseil municipale qui est ainsi désacralisée. Pour Jean-Yves Colléaux « Le lien direct est la meilleure arme contre le oui dire ».

Arrivant à mi-mandat, la collectivité va réinterroger le contenu de sa charte et réfléchir sur la façon de relier les commissions entre elles, point faible du dispositif actuel. La dynamique des commissions n’est pas menacé car lorsqu’il y a départ d’un habitant on procède à un nouveau tirage au sort sur la liste de 2020.

Et bien que cette modalité de participation soit chronophage pour les élus, à aucun moment ils n’imaginent stopper ce dispositif. « je suis impressionné par la puissance de la qualité et la quantité d’idées amenées par les habitants. Leurs motivations et compétences sont bluffantes » témoigne Jean-Yves Colléaux. 

Julien Colin nous raconte le jour de la première commission extramunicipale « petite enfance et affaires scolaires » où chaque membre du groupe s’est présenté en précisant ses motivations.

Une habitante ayant grandi à Langon a expliqué qu’elle voulait offrir aux enfants de la commune ce qu’elle avait connu dans sa jeunesse : centre de loisirs, foyer des jeunes … Après trois ans de travail de la commission, le centre de loisir ouvrira en juillet 2023.

Jean-Yves Colléaux de conclure « je conseille à tous les élus d’y aller à 200%. Les projets issus des commissions extramunicipales ont une autre valeur car ils sont coconstruit avec les habitants »

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire